Entreprises face à la crise : Comment s’en sortir grâce aux marchés publics ?


Mercredi dernier, 6h00. Le réveil sonne, une nouvelle journée commence !

Comme un réflexe pavlovien, j’entame mon rituel du matin par un rapide coup d’œil sur les actualités du jour sur mon smartphone. Les titres sont unanimes, «Coronavirus : Les premières faillites d’entreprise» ; «Les professionnels du BTP voient la vague de faillite arriver» ; «Une explosion des défaillances d’entreprises pour bientôt». Tout le monde s’y met, même mon horoscope ne m’est d’aucune aide : « Sagittaires, voici une année 2020 qui s’annonce comme les montagnes russes. Tenez les cordons de la bourse et laissez passer l’orage ! ». Après la crise sanitaire et la période de confinement, une catastrophe encore plus terrible nous menace c’est sûr. Cette catastrophe, c’est la crise économique.

Pourtant, dehors tout est calme, le tsunami tant redouté n’a pas encore eu lieu 🌊.

N’y a-t-il aucun moyen d’éviter la vague ? La catastrophe est-elle inéluctable ? Comment s’en sortir ?

Tant de questions sur lesquelles je vais tenter d’apporter notre point de vue dans cet article.

Une crise, comme aucune autre auparavant

La particularité de la crise qui s’annonce, c’est d’abord son caractère soudain. Rappelez-vous, il y a deux mois, lorsque vous projetiez vos prochaines vacances au bout du monde cet été 🏝 ! A cette époque les termes de SARS-COV2 ou COVID-19 vous étaient totalement inconnus. Moins de 8 semaines plus tard, notre monde est complètement changé, impossible de prendre un café en terrasse, les chantiers sont à l’arrêt… En quelques semaines, nos routines quotidiennes ont été bouleversées et des entreprises qui se portaient bien jusque-là se retrouvent en grande difficulté, pour d’autres, la crise frappe au pire moment. Juste après un important investissement, au sortir d’une grève nationale et d’un mouvement de révolte qui avaient déjà laissé des traces et surtout sans laisser la possibilité de constituer des réserves de trésorerie en attendant des jours meilleurs📉📉📉

Crise sanitaire

Dans cette épreuve, tout le monde est impacté, sans distinction, les TPE/PME comme grandes entreprises. Tous les secteurs sont touchés, le transport, l’énergie, l’automobile, l’immobilier, etc. : des entreprises qui étaient jadis les fleurons de notre industrie s’en remettent à l’aide publique pour espérer subsister. Bien sûr, il existe certains secteurs bien mieux lotis que d’autres, mais la quasi-totalité des opérateurs économiques est contaminée. Dès lors, impossible de compter sur un secteur providentiel pour nous sauver. Même le numérique, et ses start-up à la croissance insolente, accusent le coup. Le train de l’économie semble s’être immobilisé en pleine voie et peine à repartir.

Face à une crise économique généralisée, soudaine et durable vers qui se tourner ? Quelle stratégie adopter ?

L’Etat ne nous sauvera pas (tous)

« L’état paiera ! »

Derrière cette formule choc délivrée par le Chef de l’Etat, on ne peut qu’applaudir à la volonté des pouvoirs publics de vouloir amortir la chute pour les entrepreneurs. Cette volonté affichée s’est traduite par des mesures fortes, tels des reports de charges fiscales et sociales, des prêts garantis par l’Etat ou encore un dispositif de chômage partiel inédit. Jusqu’ici, l’Etat a assuré son rôle de capitaine d’industrie. Et pourtant, passé l’orage, le marché semble petit à petit reprendre ses droits. Comme un avant-goût des temps à venir, les ménages consomment de moins en moins, la demande se raréfie, les carnets de commande se vident. Pour vous entrepreneurs, managers, responsables commerciaux, une période de dur labeur semble s’annoncer, signer un devis demande désormais un effort surhumain.

Et pourtant, nous sommes persuadés qu’entre la faillite et le labeur, il existe une troisième voie. Celle des marchés publics.

Saviez-vous que les marchés publics représentaient plus de 200 milliards d’euros en 2018 ? Soit plus de 10% du PIB national, un chiffre en constante augmentation. La part de PME dans les marchés publics est-elle aussi en nette progression puisqu’en 2018, 61% des attributaires de marchés publics étaient des PME (chiffre qui reste insuffisant quand on sait que les PME repensent 99,8 % du nombre total d’entreprises).

Ces dernières années la digitalisation et la dématérialisation des marchés ont permis une démocratisation de la commande publique en faveur des plus petites entreprises et ce mouvement n’est pas près de s’inverser. Mieux encore, le plan de relance de 500 milliards d’euros proposé par la France et l’Allemagne va permettre d’accentuer et élargir le recours aux appels d’offres par les collectivités publiques, afin d’opérer une reprise rapide de l’économie.

Dès lors, peu importe votre domaine d’activité – fournitures, travaux ou services – nous vous l’affirmons : vous êtes TOUS éligibles à candidater à des marchés publics et pourquoi pas en remporter. Alors n’hésitez plus à consulter les plateformes pour y trouver des opportunités de faire des affaires📈📈😎

Pour vous accompagner dans cette démarche, Les Courtiers des Achats Publics lancent le Programme Résilience !

Ce programme a été conçu spécialement par nos soins afin de vous permettre de vous positionner efficacement dans le monde des marchés publics en temps de crise à travers un coaching personnalisé, des formations vidéos et des articles à accès restreint contenant toutes nos astuces.

L’objectif est de réussir à vous positionner en seulement 3 étapes sur un premier appel d’offres et de le suivre ensemble de A à Z jusqu’à la décision finale de l’acheteur.

💪💪💪💪💪💪💪💪💪💪💪💪💪

Vous souhaitez en savoir plus sur le Programme et être recontacté ? Rendez-vous sur la page dédiée au programme !

Laisser un commentaire